Colmar, ville rassemblée

 

Une politique ambitieuse pour le vivre ensemble et l’inclusion, le tout avec une gouvernance exemplaire.

1 – Ethique et transparence

  • Signature d’une charte éthique et de transparence, permettant notamment la mise en place d’une commission éthique d’élus et de citoyens pour contrôler le respect des différentes obligations. Les élus suivront également un principe de zéro dépense inutile” (économies de « paperasse », économies de temps en supprimant certaines réunions alibi ou inutiles, moins de décorum, cérémonies et réceptions, meilleure mutualisation des salles et bureaux, ne pas payer 10 ou 15% plus cher pour gagner seulement 3 semaines sur des travaux de voirie, …).

 

  • Transparence : plus jamais un terrain public ne pourra être cédé à des promoteurs privés sans une procédure transparente d’appel d’offres et de mise en concurrence. C’est la condition sine qua non pour défendre au mieux l’intérêt des Colmariens. Cette transparence nous la voulons également dans la politique du logement et notamment dans l’attribution des logements sociaux.

 

  • Contre le cumul des responsabilités au sein de la municipalité : utiliser autant que possible, les talents et les compétences de chaque individu. L’idée est de responsabiliser un plus grand nombre d’élus, et de fonctionner en véritable équipe.

 

  • Plafonner le nombre d’adjoints à 10 et rationaliser les compétences. Pour des élus mieux identifiés et davantage de délégations. 

 

  • Créer un adjoint au maire référent pour chaque quartier, correctement identifié par la population.

 

  • Diminuer de 20% l’enveloppe budgétaire pour les indemnités des élus.

 

  • Imposer le non cumul des mandats simultanés  (maire à temps plein, pas conseiller départemental à côté) et dans le temps (2 mandats consécutifs, ça suffit !).

 

  • Créer un comité d’éthique composé de 4 élus, 4 agents (notamment représentant les syndicats) et 4 citoyens “qualifiés”, compétent aussi bien pour la “surveillance” des élus que pour les soucis pouvant survenir au sein du personnel (abus de pouvoir etc.)

 

  • Dématérialisation des Conseils Municipaux (convocations, documentation, délibérations…) : « zéro papier ». La chasse aux gaspillages et des gains d’efficacité substantiels !

 

  • Open Data : Mise en ligne, de toutes les données publiques détenues par la ville et la collectivité, avec le strict respect de la vie privée et des législations en vigueur. Ces données seront mises à jour en temps réel, et couvriront différents thèmes, tels que : les données démographiques, la pollution de l’air et de l’eau,  l’évolution du trafic routier et de bus, l’occupation des parkings, …

2 – Démocratie locale

  • Découpage de la ville en 9 quartiers.

 

  • Mise en place de maisons de quartier dans chacun des 9 quartiers. Ces maisons seront des lieux de rencontres, de partages, d’informations et de débats. Elles permettront notamment de :
      • rencontrer les élus,
      • réduire la fracture numérique,
      • s’informer,
      • déposer des doléances concernant le quartier.

 

  • Création de conseils de quartiers dotés de moyens propres et indépendants du Maire, capable de prendre des initiatives, de les proposer au Conseil Municipal. Ces conseils de quartier seront composés de membres permanents du quartier :
          • ¾ habitants,
          • ¼ associations,
          • 1 élu référent du quartier.

Ces conseils de quartier pourront organiser des groupes de travail thématiques publics.

 

  • Toutes les décisions importantes (type projet Unterlinden dont le coût global s’est chiffré à environ 40 millions d’Euros) seront soumises à un référendum. Ce référendum sera précédé de réunions d’informations, de consultations et de concertations, afin de mieux comprendre l’enjeu du projet soumis à ce vote.

 

  • Mettre en place de véritables fêtes de quartiers, en plus des paroisses (utiliser davantage les espaces verts).

 

  • Mettre en place un budget participatif par quartier. Une enveloppe globale sera allouée pour des projets proposés et choisis par les habitants.

Cette enveloppe globale sera ensuite répartie de façon équitable entre les différents quartiers, en fonction du nombre d’habitants.

Tous les Colmariens pourront déposer des projets ou des idées pour leurs quartiers, en ligne ou en déposant un dossier à la Mairie ou dans les maisons de quartier. Suite au dépôt des projets/idées, une phase d’instruction aura lieu, afin de déterminer la faisabilité technique, juridique et financière de chaque projet.

Une fois cette première phase achevée, un vote des projets par les Colmariens aura lieu, afin d’élir des projets lauréats, qui seront ensuite réalisés par la ville.

 

  • Donner la possibilité de déposer des pétitions citoyennes. Elles devront porter sur des affaires communales sur lesquelles le Conseil Municipal a le pouvoir d’intervenir. De plus, pour que les pétitions soient présentées au Conseil Municipal et au Maire, elles devront réunir au moins 500 signatures (soit a minima 1% des électeurs inscrits).

 

  • Créer une plateforme web/mobile, extension du site de la ville, permettant de retrouver toutes les informations des maisons de quartier, et de la démocratie locale à Colmar. Cette plateforme permettra notamment de déposer les projets et idées dans le cadre du budget participatif, ou également des pétitions citoyennes.

 

  • Créer un Hackathon citoyen” annuel permettant à des porteurs de projets citoyens, de développer en équipe sur 1 ou 2 jours une idée. Tous les habitants de Colmar ou de l’agglomération, ainsi que des associations, pourront être porteurs de projets. Des entreprises seront également partenaires de cet évènement. Un jury, composé d’entrepreneurs, d’élus et de citoyens voteront ensuite, pour les meilleurs projets. Les lauréats recevront ensuite une aide/un financement afin de développer leurs projets, au sein du fab-lab que nous créerons.

 

  • Créer un Conseil Municipal des Jeunes (10‐18 ans), sur la base du volontariat, à partir de candidatures dans les écoles, collèges et lycées de la ville (avec par exemple 3 commissions par classes d’âge : 10‐12, 13‐15, 16‐18 ans). L’âge serait volontairement limité à 18 ans pour pouvoir ensuite s’engager dans les institutions « adultes » (conseils de quartier, CESEC… et bien sûr Conseil municipal). Liens à créer avec une nouvelle commission « Jeunesse » du CESEC et le Conseil des Sages (des aînés).

 

  • Désigner un Conseiller Municipal délégué à la jeunesse (de préférence âgé de moins de 35 ans).

 

  • Remise d’un « passeport citoyen » à tous les jeunes Colmariens de 18 ans lors d’une cérémonie officielle à la Mairie leur rappelant leurs droits et devoirs citoyens (fête de la citoyenneté).

 

  • Conforter les autres conseils consultatifs et notamment le CESEC en lui donnant de vraies compétences opérationnelles notamment pour confronter les groupes d’intérêt et trouver des solutions de compromis à remonter au Conseil Municipal.

3 – Solidarité et liens intergénérationnels

  • Développer des réseaux d’échanges intergénérationnels, permettant un échange du savoir et des connaissances. Le but, notamment est de réduire la fracture numérique, et perpétuer l’héritage des aînés. Ces échanges auront lieu dans les maisons de quartier, mais également au PMC, Centre Europe.

 

  • Apporter plus de communications et de transparence autour du Conseil des Sages.

 

  • Mieux adapter les transports pour les personnes âgées, en améliorant leur accessibilité et par une optimisation des transports à la demande.

 

  • Mettre en relation les personnes âgées souhaitant louer une chambre à un étudiant/jeune contre des services (courses, ménage, …).

 

  • Créer un lieu / quartier test intergénérationnel innovant. Ce lieu devra être auto-suffisant, utiliser les dernières technologies afin de simplifier la vie des habitants, permettre des activités entre les jeunes et les aînés.

 

  • Créer un Plan de Lutte contre l’isolement: diffusion d’un questionnaire à l’attention des plus de 65 ans pour s’assurer de la condition physique, psychologique et débusquer l’ennui, la solitude, le mal‐être et les problèmes pratiques, entravant leur maintien à domicile. Les opérations de recensement, un réseau de bénévoles, le dispositif du « Plan Canicule » peuvent tous être utilisés.

 

  • En lien avec les mutuelles, l’APA, les caisses de retraite, développement de la télé-assistance pour les personnes souffrant d’un début de dépendance (outil indispensable en cas de chute, de malaise ou d’agression).

 

  • Compléter le guide des associations et des prestations réservées aux seniors pour leur offrir une meilleure lisibilité, un numéro à appeler, une liste de bénévoles à contacter (les plus jeunes retraités pouvant venir en appui des aînés) pour des visites à domicile entre autres.

 

  • Aider à la création d’ateliers de sports adaptés, animés à domicile ou dans les structures pour personnes âgées les plus proches de leur domicile, en mélangeant ces 2 publics (Les Jardins d’Arcadie, le Bel Age, la Fondation Ostermann…et les personnes vivant autour). Des plages horaires et des zones réservées pour des séances de piscine avec entrée gratuite.

 

  • Signer une Convention des structures caritatives et associatives pour les petits travaux chez les personnes (changer une ampoule, accrocher des rideaux, installer une barre de baignoire, dégager les encombrants…) et simplifier le dispositif d’aide au déneigement des trottoirs mis en place par la Ville (réservation en ligne ou par téléphone, notamment).

 

  • Développer les structures d’information et de documentation pour permettre aux personnes âgées, ainsi qu’à leurs proches de mieux préparer et de mieux vivre cette nouvelle période de vie.

 

  • Reconnaître l’intérêt social du bénévolat  effectué par les personnes âgées dans les diverses associations, notamment par la désignation d’un conseiller municipal délégué aux associations « personnes âgées ».

 

  • Elaborer un plan pour la prise en compte des personnes handicapées, comprenant notamment :
        • une aide à la mise en accessibilité des commerces (obligatoire en 2015),
        • la mise en accessibilité totale des transports en commun tout en conservant et en élargissant les services de transport adapté, et la gratuité pour les accompagnants nécessaires,
        • la facilitation du stationnement (plus de places réservées sur le domaine public, tarifs préférentiels) et une aide au permis de conduire pour les personnes handicapées,
        • un Plan Handisport et Sport Adapté
        • une nouvelle Charte Handicap incluant le Réflexe Handicap.
        • Aménagement des pavés dans le centre ville

 

  • Créer une école de la deuxième chance. Ce dispositif national permettra aux jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme, au cours d’une formation de 9 mois à 1 an, de parvenir à la maîtrise des savoirs de base : lire, écrire, compter, notions d’informatique, notions d’une langue étrangère, avec des stages en entreprise.

 

  • Créer un observatoire municipal de l’action sociale dont les objectifs principaux sont d’analyser, de proposer, d’évaluer, de communiquer et de donner une lisibilité à la politique d’action sociale de la ville.

 

  • Désigner un adjoint, référent à la solidarité, renforçant la volonté de la municipalité de répondre aux problématiques sociales.

 

  • Permettre aux bénéficiaires du RSA ou aux jeunes du SNU d’effectuer des animations au sein des maisons de quartier, PMC, Centre Europe.

 

  • Effectuer une large communication afin de promouvoir les maisons de quartiers, lieux de solidarité.

 

  • Augmenter le nombre d’hébergements temporaires pour les sans abris (appartenant à la Mairie, mais gérés par une association).

 

  • Créer une licence sportive sociale pour les enfants de 4 à 16 ans, parmi une liste de sports éligibles.

 

  • Encourager les entreprises et habitants à participer au financement d’actions sociales ou culturelles, mais aussi des initiatives d’intérêt général, via la création d’un fonds de dotation, et de réductions d’impôts.

 

  • Promouvoir l’égalité homme/femme, en permettant notamment aux femmes d’avoir des responsabilités plus grandes et variées au sein de la municipalité.

 

  • Proposer une semaine de la diversité et contre les discriminations (racisme, homophobie, discriminations physiques, handicap, …). 

 

  • Soutenir financièrement les associations qui luttent ouvertement contre toutes les formes de stéréotypes et pour l’égalité. 

 

  • Nomination d’une ou d’un délégué(e) à la parité et la non discrimination (violence faites aux femmes, parité dans les entreprises et toute forme de discrimination).

4 – Sécurité

  • Doubler les effectifs municipaux consacrés à la sécurité (passer de 25 policiers municipaux à une cinquantaine). Sachant que Gilbert Meyer a supprimé plus de 100 postes en 10 ans, c’est parfaitement réaliste !

 

  • Mettre en place un dispositif encadré du type “voisins vigilants & solidaires” et instituer dans chaque quartier des conseils de prévention, regroupant les instances judiciaires, la mairie, les commerçants, les directeurs d’école, etc. 

 

  • Promouvoir le retour des concierges dans certains grands immeubles (avec une subvention s’il le faut, et une clause spécifique dans les règles d’urbanisme).

 

  • Améliorer la sécurité à la sortie des écoles, notamment pour certains lycées où la desserte en bus est mal adaptée.

 

  • Permettre le rapprochement entre les polices municipale et nationale, afin qu’elles puissent conjuguer leurs efforts, offrant plus de moyens aux personnels (police municipale).

 

  • Améliorer les flux d’informations et les synergies entre acteurs de la prévention et en direction de la population : statistiques plus transparentes, sensibilisation aux risques majeurs, coordination des situations d’urgence par la municipalité.

 

  • Sécurité – santé : éduquer au secourisme pour intervenir efficacement avant l’arrivée des secours, sensibiliser à l’utilisation des défibrillateurs cardiaques, sensibiliser les familles sur les risques d’accidents domestiques (5 fois plus mortels que les accidents de la circulation).

 

  • Remettre les seniors à niveau sur le code de la route, grâce à des stages/formations au sein des maisons de quartiers, PMC, Centre Europe.

 

  • Proposer une application de géolocalisation connectée aux services de police : gestion des parkings (par téléphone portable), sorties des établissements scolaires, protection des commerces, amélioration de la circulation.

 

  • Réserver un espace pour l’accueil des personnes venant de subir des violences conjugales.