Colmar, ville dynamique

 

Colmar a les moyens d’être aussi dynamique et créative que ses grandes soeurs !

Notre proposition phare est la mise en place une carte « Colmar tout-en-un » loisirs | sport | culture accessible à tous les Colmariens, pour moins de 30€ (15€ pour les moins de 30 ans, et pour les plus défavorisés). Ce passeport offrira des tarifs préférentiels pour le cinéma, les spectacles, les concerts, les bibliothèques, la médiathèque, les matchs et autres événements, les piscines, la patinoire, les adhésions aux clubs & associations, … mais aussi la gratuité d’entrée dans tous les musées colmariens et des promotions dans les commerces participants (dont restaurants et bars), des soirées privées, …

 

Nous soutiendrons davantage toutes les associations Colmariennes, et elles auront accès à 2 salles municipales à tarif très réduit.

1 – Culture

  • Avoir une politique forte de soutien à la création artistique : résidences/ateliers d’artistes, prix culturels, commandes publiques, salons professionnels, symposium de sculpture, politique de programmation d’expositions et de concerts répartis sur l’ensemble de l’année (et non réduit aux semaines festivalières) et affichant une ligne culturelle exigeante et clairement définie.

 

  • Créer une dizaine d’endroits dans Colmar permettant à certains artistes de jouer. Ces artistes seront choisis grâce à un pré-casting, permettant à un plus grand nombre d’exercer leur art.

 

  • Spécialiser davantage certains festivals, notamment celui du film, afin d’améliorer leur rayonnement, et rendre certains festivals moins élitistes (Spivakov, Musique et Culture, …), pour rendre la culture accessible à tous les Colmariens. 

 

  • Adapter davantage les horaires d’ouverture des équipements culturels aux besoins de la population, en proposant plusieurs nocturnes par semaine, ainsi que des ouvertures les dimanches matins. 

 

  • Etendre les horaires d’ouverture de la Ludothèque de la bibliothèque Europe et mettre en place un pôle ludothèque dans chaque bibliothèque.

 

  • Etendre la fête de la musique à d’autres quartiers, afin d’éviter une concentration uniquement dans l’hypercentre.

 

  • Etendre la fête de rue dans l’hypercentre, qui a lieu actuellement uniquement à la Place Rapp.

 

  • Promouvoir les rencontres inter-religieuses, grâce à des conférences et rencontres. La ville doit mettre en avant ce genre d’initiatives.

 

  • Promouvoir d’avantage l’espace Malraux (notamment par de la signalétique et de la communication), et en faire un véritable lieu de la culture/art contemporain.

 

  • Initier une réflexion sur la reprise par la ville d’un Cinéma d’Arts et d’Essais (ex-Colisée), qui sera géré via une association.

 

  • Faciliter l’accès aux transports en commun pour les personnes handicapées et à mobilité réduite, lors des manifestations culturelles (par exemple, la gratuité avec le ticket du spectacle).

 

  • Mise en oeuvre d’une politique qui ne laisse personne en chemin mais qui raisonne en termes de solidarité et de renforcement du lien social et en s’ouvrant sur des notions de culture et solidarité y compris entre générations, culture et santé, culture et handicap (ex. gratuité pour les accompagnateurs de personnes handicapées), cultures étrangères, culture et marginalité.

 

  • Accorder davantage confiance aux jeunes, en proposant un appui logistique et financier pour des programmations et manifestations en direction du jeune public (Festival de jeunes talents) ; pour les groupes de musique actuelle, financement de leur premier enregistrement et soutien pour la diffusion de leurs concerts, et pas uniquement en soirée.

 

  • Encourager les pratiques culturelles amateurs (théâtre, musique, arts plastiques) avec et autour des locaux de quartier existants y compris les cercles paroissiaux). Des ateliers d’arts plastiques gratuits pendant les vacances scolaires pour permettre aux jeunes d’être créatifs et d’avoir des activités sociales.

 

  • Améliorer les relations entre la municipalité, le Conservatoire et la maîtrise des garçons.

 

  • Avoir une politique culturelle basée sur une ouverture nationale, transfrontalière et internationale.

 

  • Mettre en place une billetterie centralisée entre les différentes salles de spectacles (Théâtre municipale, Manufacture, …) et la gestion d’un abonnement commun entre les différentes structures.

 

  • Commencer par être à l’écoute de tous les acteurs culturels à Colmar pour mieux les accompagner, avec notamment la création d’un réseau de « culturophiles ».

 

  • Tisser des liens et proposer une offre plus moderne aux musées, en particulier le musée Bartholdi (collections en ligne, davantage d’interactivité, …), en créant également une vraie section sur l’histoire de Colmar.

 

  • Organiser davantage d’expositions temporaires, de spectacles vivants, qui mettent encore mieux en scène les œuvres d’art, en développant davantage la culture urbaine.

 

  • Rendre léducation artistique plus accessible, en facilitant l’accès aux musées et centres socio-culturels, et en développant des actions pédagogiques avec les écoles et associations.

 

  • Créer des partenariats à l’international, notamment grâce aux différentes villes jumelées, avec d’autres musées et institutions artistiques.

 

  • Créer un web-bus, équipé de tablettes et ordinateurs, connecté par Wifi, qui parcourra les rues de Colmar et qui permettra un accès à internet à ceux qui ne disposent pas d’un terminal personnel. Les citoyens pourront également faire leurs démarches en ligne, grâce à un médiateur.

 

  • Mise en valeur du patrimoine

 

        • Retour de la fête de la choucroute.
        • Promouvoir l’histoire de la ville via les associations.
        • Apposer les noms historiques des bâtiments.

 

  • Encourager le développement ouvert et la connaissance des cultures communautaires :
  • une reconnaissance et une valorisation des cultures d’origine,
  • l’organisation d’une Fête annuelle des communautés,
  • la délocalisation des projets culturels initiés dans le quartier Europe vers le centre ville et inversement ,

    le lancement, à l’échelle de toute la ville, de projets thématiques sur les pays et traditions populaires qui contribuent à la richesse de notre ville.

 

  • Accentuer la mise à disposition des murs pour l’expression artistique, et lancer des appels à projets avec des artistes locaux afin de réaliser des oeuvres urbaines.

2 – Sports

  • Organiser une grande Fête du Sport, qui permettra une promotion animée de tous les sports pratiqués à Colmar, grâce à des initiations incitatives et gratuites.

 

  • Création d’une maison du Sport, complexe multi-sports : lieu de rencontre, de débat, d’informations (agenda sportif), pour une meilleure communication et coordination des différents évènements sportifs.

 

  • Mettre en place un week-end portes ouvertes pour toutes les associations, où chacun pourra (sous forme de jeu) remplir un passeport contenant toutes les activités. Un tirage au sort sera effectué à la fin du week-end, pour gagner une licence et un abonnement à une activité.

 

  • Améliorer la fête du bénévolat, en mettant davantage à l’honneur les petites associations, et se déroulant tout le week-end (uniquement le samedi après-midi actuellement).

 

  • Dynamiser la soirée des champions, qui doit être la promotion de tous les grands sportifs Colmariens.

 

  • Promouvoir les sports de haut-niveau, avec l’élaboration et la mise en oeuvre d’une action ambitieuse, mais réaliste.

 

  • Soutenir les associations sportives colmariennes, en particulier les nouvelles, afin de les accompagner dans leurs développements.

 

  • Améliorer l’accessibilité à tous les équipements sportifs pour les personnes handicapées et les personnes à mobilité réduite.

 

  • Promouvoir les handi-sports, grâce à une meilleure communication, et à une mise en relation entre les usagers et les associations.

 

  • Travailler avec la Fédération des Associations de Colmar, afin de développer une meilleure prise en compte de tous les publics.

 

  • Rendre davantage d’installations sportives accessibles au public en heures creuses (terrains de foot, de basket, …) et davantage d’ouvertures nocturnes pour les piscines et la patinoire.

 

  • Créer des parcours sportifs de proximité dans les quartiers.

 

  • Gratuité de Colmar Plage ainsi qu’une réduction de 50% pour les adhésions aux clubs, pour les possesseurs de la future carte « Colmar tout-en-un » loisirs | sport | culture.

 

  • Plus de transparence dans l’attribution des subventions aux associations et un accompagnement plus efficace de la Ville.

3 – Loisirs

  • Promotion d’un axe nocturne “Le Nachtvogelweg” entre la Place du Marché-aux-Fruits (Tribunal) et le cinéma, dans le respect et la tranquillité des riverains.

 

  • Mettre en place des salles des fêtes dédiées par quartier.

 

  • Mise en place d’une plateforme recensant tous les complexes sportifs et tous les agendas, pour avoir une planification générale, en temps réel, utilisable par tous les responsables des associations, de toutes les réservations d’installations sportive, culturelles et de loisirs (y compris salles non municipales subventionnées par la Ville).

 

  • Créer une Fédération des Associations de Colmar (FAC), qui intègrerait (entre autres) l’OMC et l’OMS (sans les supprimer). Cette fédération représenterait toutes les activités associatives, et apporterait aux associations un support technique (veille juridique, comptabilité…), logistique (prêt de minibus…), et/ou d’un Conseil local de la Vie Associative.

 

  • Soutenir une grande manifestation intercommunautaire de Nouvel an pour tout Colmar, en la décentralisant dans les différents quartiers.

 

  • Repenser les horaires d’ouverture des équipements (piscines, bibliothèques, musées…) pour permettre au plus grand nombre (et notamment aux jeunes, étudiants et actifs) d’en profiter. 1 ou 2 « nocturnes » par semaine, demi‐journée douverture le dimanche.

 

  • Favoriser la vie nocturne pour les jeunes et pour tous, notamment avec la mise en place de navettes nocturnes.

 

  • Déplacement du BIJ (Bureau d’information jeunesse), et compléter l’application web/mobile de la ville, afin de regrouper toutes les informations “jeunesse”.

 

  • Nouvelles manifestations possibles :
    • Festival ou journée pour les enfants
    • Fêtes des seniors : mise en lumière de seniors engagés en décernant des prix
    • Animation des quartiers – « Challenge inter‐quartiers » (mini JO colmariens) avec un  spectacle de clôture organisé par les différents quartiers
    • Fêtes populaires : fête de la choucroute, fête du vin de Colmar.

 

  • Développement des manifestations actuelles :
    • Mieux soutenir les manifestations associatives et communiquer sur ces événements. Exemple, le festival « D’Hiver Cité »
    • Diversifier le public du Festival International de Musique (en juillet): permettre aux Colmariens de se l’approprier et de profiter des retombées en le décloisonnant – l’ouvrir à d’autres chefs d’orchestre et d’autres styles musicaux, viser toutes les catégories sociales et d’âge, rendre les tarifs plus attractifs, multiplier les lieux de diffusion des concerts et y associer les pratiquants amateurs.
    • Foire aux Vins et mini foire aux vins intramuros place de l’Ancienne Douane : pérenniser cette mini foire aux vins en dehors de la période de la Foire aux vins se déroulant au Parc Expo. Colmar est Capitale des Vins d’Alsace et n’exploite pas suffisamment ce titre.
    • Déplacer les foires de printemps et d’été sur le parking de la Manufacture afin de pouvoir lui donner plus d’ampleur et de diversité.

4 – Education, Jeunesse et Etudiants

  • Améliorer la dépose et la récupération des élèves devant les écoles, notamment par la création de pédibus (trajet groupé, à pied, vers l’école) : plan global pour les déplacements scolaires (objectif : au moins 2 lignes de pédibus par école), en encourageant les bénévoles (par exemple : carte “Colmar-tout-en-un” gratuite).

 

  • Donner un meilleur soutien matériel aux élèves : versement des aides individuelles (de rentrée) directement aux établissements ou aux coopératives scolaires, pour financer des sorties culturelles, sportives, d’éducation à l’environnement (fonds pédagogiques,…), et acheter en gros (si cela n’est pas pris en charge directement par la mairie) les principales fournitures et du matériel personnel (tablettes…).

 

  • Permettre l’ouverture d’une nouvelle école dans le quartier des Maraîchers.

 

  • Mettre en place un plan de soutien à la petite enfance, pour avoir davantage de places en crèches.

 

  • Créer une cuisine centrale à Colmar pour les cantines. Il est inadmissible qu’une ville aussi importante n’en soit pas dotée. Celle‐ci pourrait par exemple être mutualisée avec un grand lycée ou avec le pôle universitaire. La favorisation des circuits-courts et du 80% bio et local sera ainsi facilitée.

 

  • Accélérer la mise en place des tableaux numériques interactifs (TNI), ainsi que les classes mobiles, pour une autre pédagogie.

 

  • Renforcer les activités pédagogiques (aide aux devoirs, bibliothèques, ateliers…) avec du personnel (bénévoles, « papys/mamies ») supplémentaire, avec un encouragement au bénévolat (en offrant par exemple des places pour des manifestations culturelles ou une carte “Colmar-tout-en-un” à tout bénévole ayant assuré au moins 10h d’engagement).

 

  • Allouer les subventions pour les voyages scolaires aux projets, et non à chaque famille avec des montants dérisoires (et donc beaucoup de bureaucratie au vu des montants versés).

 

  • Offrir un spectacle culturel, chaque année, à chaque élève.

 

  • Permettre la formation des adultes, grâce à une mise en relation avec les pépinières d’entreprises, donnant ainsi la possibilité d’assister à des formations, et de proposer des liaisons directes avec les entreprises.

 

  • Permettre à l’UHA de proposer une antenne de l’UHA 4.0, l’école du numérique, à Colmar.

 

  • Davantage soutenir logistiquement les crèches associatives :
    • gestion des bâtiments en régie (pour les associations intéressées),
    • financement complet des fournitures,
    • mise en place d’un système centralisé et informatisé de gestion des places.

 

  • Créer une Maison Verte, lieu d’accueil parents/enfants (lieu d’accueil des tout‐petits accompagnés par leurs parents ; associations soutenues par l’État, la Région, le Département…).

 

  • Mieux mettre en réseau les assistantes maternelles : page Internet et numéro de téléphone unique pour les renseignements, etc.

 

  • Dynamiser les Relais d’assistantes maternelles avec de vrais animateurs, et avec des horaires atypiques.

 

  • Identifier les assistantes maternelles volontaires parlant la langue régionale (allemand/alsacien) ou une langue étrangère, afin de sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge aux langues vivantes.

 

  • Projets d’échanges internationaux de jeunes à encourager (chantiers humanitaires, services volontaires).

 

  • Créer des projets sportifs et culturels entre écoles, périscolaires et associations.

 

  • Accentuer l’enseignement bilingue, à tous les niveaux. Il doit y avoir une véritable continuité de l’enseignement bilingue, que l’on passe de l’école élémentaire au collège, puis au lycée.

 

  • Installer pour les élèves et les enseignants, dans chaque classe, une ATSEM.

 

  • Payer les ATSEM à 100 %.

5 – Bilinguisme

Le bilinguisme, ainsi que l’apprentissage de notre langue régionale, sont partie prenantes de notre projet. Afin de promouvoir la langue régionale, nous mettrons en place les points suivants :

 

    • Avoir une page dédiée dans le Point Colmarien en Alsacien.
  •  
    • Mise en place, avec la concertation des habitants, de plaques de rues bilingues.
  •  
    • Imposer symboliquement la présence de la langue régionale dans la communication de la ville, avec une taille équilibrée des caractères.
  •  
    • Inclure les anciens bénévolement, dans l’apprentissage de l’Alsacien.