Colmar, ville durable

 
 

Une stratégie “Colmar 2030” pour l’environnement et le cadre de vie.

1 – Ecologie et environnement

  • Faire de Colmar une éco-ville, c’est-à-dire : appliquer les principes des éco-quartiers à l’ensemble de la ville, plutôt qu’à un seul quartier “test”.

 

  • Rendre la municipalité exemplaire en matière environnementale : 
      • améliorer le bilan énergétique des bâtiments municipaux,

      • tendre vers une démarche zéro pesticide

      • avoir recours à une e-administration plus efficace (gouvernance davantage numérique), afin de faire plus d’économies et produire moins de déchets, 

      • former les élus et les agents municipaux aux éco-gestes.

 

  • Éradiquer les produits phytosanitaires, avec l’aide de méthodes plus respectueuses de l’environnement (fauchage tardif, taille douce des arbres, récupération de l’eau de pluie, …).

 

  • Ajouter des guichets aux aides écologiques à la mairie, mais également dans les maisons de quartier que nous souhaitons mettre en place.

 

  • Proposer des formations et des stages afin de sensibiliser le plus possible les citoyens à l’écologie et l’environnement.

 

  • Mise en réseau de « coulées vertes », avec des circuits de visites proposés aux Colmariens et aux touristes.

 

  • Développer des parcs et aires de jeux au coeur de la ville et au sein des différents quartiers, en y associant les habitants, afin qu’ils reprennent possession de ces lieux de vie partagés.

 

  • Développer des jardins urbains partagés au coeur des quartiers.

 

  • Créer une ferme pédagogique permettant d’accueillir des visites scolaires et extra-scolaires.

 

  • Soutenir les initiatives de potagers pédagogiques et des espaces d’observation de la biodiversité au sein des écoles.

 

  • Eviter la minéralisation de certains espaces (type Musée Unterlinden).

 

  • Végétaliser la ville et les bâtiments (toits et façades), en soutenant notamment les expérimentations de cultures agricoles en milieu urbain (ferme urbaine, murs végétaux, productions maraîchères sur les toits, …).

 

  • Limiter l’imperméabilisation des sols, permettant ainsi un refroidissement efficace de la ville, grâce à l’évaporation de l’eau stockée.

 

  • Définir des critères environnementaux pour l’attribution des subventions et des marchés publics, avec des clauses spécifiques dans les cahiers des charges.

 

  • Maîtriser le foncier, en préservant les espaces naturels, agricoles et forestiers existants.

 

  • Réduire l’impact de la voiture en ville, en mettant en place un plan de mobilité douce et de transports en commun efficaces.

 

  • Objectif 80% d’aliments locaux et  bio dans les cantines.

 

 

  • Abattement fiscal en cas de réhabilitation favorable aux économies d’énergie et à l’amélioration de l’habitat ; grâce à une mise en place de la plateforme de la rénovation proposant des conseils et un accompagnement pour sécuriser les projets des propriétaires, avec un réseau local de professionnels qualifiés et des aides financières et techniques. Nous étendrons ce service avec des offres pour les copropriétés et des actions de maîtrise de l’énergie pour les ménages modestes du parc privé.

2 – Bien être animal

Faire de Colmar une ville amie des animaux et protectrice de la biodiversité et de la nature en général, en appliquant certaines mesures :

    • Créer des partenariats avec des associations de protection animale,
  •  
    • Faire des actions de sensibilisation à l’éthique animale,
  •  
    • Appliquer des sanctions fortes contre la maltraitance,
  •  
    • Etre transparent sur l’activité des fourrières,
  •  
    • Intégration du « bien-être animal » (pas d’élevage intensif, …) dans les critères d’attribution des marchés publics en matière de cantines scolaires et restauration collective,
  •  
    • Remboursement de la stérilisation pour les animaux errants,
  •  
    • Utiliser des solutions douces pour les nuisibles, à la place des solutions létales.

3 – Gestion des déchets

  • Accentuer la communication sur la gestion des déchets, afin d’encourager tout le monde à trier ses déchets.

 

  • Promouvoir le recyclage des objets non-utilisés, au lieu des les envoyer à la déchetterie.

 

  • Collecte des déchets recyclables et biodéchets en porte‐à‐porte (c’est-à-dire à chaque immeuble), permettant ainsi aux contribuables, de faire des économies.

 

  • Étudier le passage de la taxe à la redevance.

 

  • Engager la commune dans le zéro déchet et le zéro gaspillage, grâce à la mise en place d’ateliers autour du tri et du recyclage (promouvoir la réutilisation des déchets, apprendre à faire ses propres produits).

 

  • Optimiser la collecte des déchets, grâce à la mise en place de poubelles connectées publiques, permettant de signaler en temps réel, aux agents, les poubelles les plus remplies.

4 – Cadre de vie

  • Impliquer les citoyens en leur donnant l’autorisation de verdir les espaces publics, grâce à la mise en place de jardins partagés, favorisant les circuits courts.

 

  • Inciter les promoteurs et les aménageurs à prévoir un quota plus important d’espaces verts dans tout projet immobilier d’habitation ou de commerce. Cette mesure sera appliquée par instauration d’un cahier des charges dédié.

 

  • Rendre le centre ville quasi 100% piéton (avec accès pour les livraisons, les personnes à mobilité réduite et les transports en commun ou écologiques), et agrandir cette surface, en mettant en valeur et en sécurisant certaines zones de la ville (rue du Nord, route allant vers Saint-Joseph, ponts au-dessus des rails, …).

 

  • Valoriser le circuit le long de la Lauch, en y ajoutant un aspect éducatif sur la nature et la biodiversité.

 

  • Augmenter le nombre de toilettes publiques.

 

  • Augmenter le nombre de bancs au sein de la ville

 

  • Augmenter le nombre de poubelles, pour éviter les déchets sauvages (notamment dans le centre et son flux de touristes).

 

  • Développement d’une application mobile/web afin de signaler différents incidents (lampadaires cassés, nids de poule, décharges sauvages), avec un suivi efficace de la progression de la résolution des incidents. 

 

  • Développement d’un service efficace des objets trouvés, en relation avec les hôtels/restaurants/lieux publics/…

 

  • Adapter les horaires des services publics, pour éviter de devoir prendre une journée de congé.

 

  • Mieux affirmer l’identité des quartiers (conseils de quartier, signalétiques, symboles, …).

 

  • Créer une police municipale de l’environnement, qui sera en charge de préserver un espace de vie agréable (propreté, dépôts sauvages d’ordures, déjections canines, …), de préserver les espaces naturels, et de lutter contre les nuisances sonores.

 

  • Création d’un livret pour tous les nouveaux habitants de Colmar, contenant un historique de la ville, les associations, les quartiers et les informations indispensables à connaître.